PEINTURES

title-line
[dt_sc_portfolios column=”4″ style=”type5″ count=”9″]

Peintures préférées

title-line

INTÉRIEUR PAISIBLE

Le jour ivre Floraison et collation Le long bain du quotidien Et cette table devenue cloison Le malaise et le cliquetis terne de toujours L’horloge dandinant dans le silence La douce furie des jours sans Les veines quand elles deveinent Des rancœurs âpres échangées entre deux regards Que de regrets au goût de sang Des fruits, deux verres et tout l’hiver

Le texte écrit par Abdel Ilah Jorio

[dt_sc_button title=”View Gallery” size=”medium” style=”filled” icon_type=”fontawesome” iconalign=”icon-left with-icon” hanimate=”dt-sc-expand dt-sc-expand-horizontal” link=”url:https%3A%2F%2Fartsoul.ma%2Fgallery-minimal-iii-column-without-space%2F|title:blog-detail” css=”.vc_custom_1617925110080{margin-top: 0px !important;margin-bottom: 0px !important;}”]

JUSTICE

Ça sent le bal noir des soutanes Le calme froid et les perquisitions Ça sent le poids de la couleur et tant de solitudes Le cortège des âmes effacées et froissées Des lueurs confinées dans le secret Des senteurs et des mots verrouillés, une charge vermoulue Un beau cortège placide de blouses noires Des couleurs et des regards ayant soif du large Des tons circonspects et des libertés surveillées Des juges sous contrôle et des lobbies

Le texte écrit par Abdel Ilah Jorio

[dt_sc_button title=”View Gallery” size=”medium” style=”filled” icon_type=”fontawesome” iconalign=”icon-left with-icon” hanimate=”dt-sc-expand dt-sc-expand-horizontal” link=”url:https%3A%2F%2Fartsoul.ma%2Fgallery-minimal-iii-column-without-space%2F|title:blog-detail” css=”.vc_custom_1617925121744{margin-top: 0px !important;margin-bottom: 0px !important;}”]

RENCONTRE

Les couleurs usent Les formes rusent C’est l’incendie avant le flamenco L’instant précédant le flot de mouvements L’éclosion rageuse des tons De la rage savante du corps Quand il se déploie en sphères Pour repousser les murs Les purger de tant d’oubli Réécriture d’une histoire non dite Renverser un paysage du seul son d’un nom absent Les couleurs fusent Entonnent des chants ouverts Des corps diserts Mon regard figé Se colorient mes tourments

Le texte écrit par Abdel Ilah Jorio

[dt_sc_button title=”View Gallery” size=”medium” style=”filled” icon_type=”fontawesome” iconalign=”icon-left with-icon” hanimate=”dt-sc-expand dt-sc-expand-horizontal” link=”url:https%3A%2F%2Fartsoul.ma%2Fgallery-minimal-iii-column-without-space%2F|title:blog-detail” css=”.vc_custom_1617925132020{margin-top: 0px !important;margin-bottom: 0px !important;}”]

Refuge

Femme en rouge

Silence mat, port plat

Marche dithyrambique et diserte

Des formes comme des sondes

Secrets qui traînent

Énigme ou signes ?

Mon regard m’interroge et me saigne

Comme dans un bal muet, des masques découverts

Cœurs en travers, vers sans les mots

L’intrigue se fige de chaque côté de la rue

Bercée par l’architecture, par un malaise rampant

Jetant des nuances ocres étranges

Sur ces lignes qui ne reconnaissent plus leur râle

Femme en rouge, fait rare

Mes doigts froissent le silence

Et renient mon être devenu hagard

Rouge réveille les démons

Une femme passe et brûle le sang, les sons

Plane sur mon front une tristesse sans nom

Le texte écrit par Abdel Ilah Jorio

[dt_sc_button title=”View Gallery” size=”medium” style=”filled” icon_type=”fontawesome” iconalign=”icon-left with-icon” hanimate=”dt-sc-expand dt-sc-expand-horizontal” link=”url:https%3A%2F%2Fartsoul.ma%2Fgallery-minimal-iii-column-without-space%2F|title:blog-detail” css=”.vc_custom_1617925152096{margin-top: 0px !important;margin-bottom: 0px !important;}”]